Fait d'images

le blog de françois forcadell – l'image dessinée dans l'actualité

Un nouveau prix pour le dessin de presse

1 avril 2020 à 8 h 28

Le prix ” The Worst Cartoon of the Year” sera décerné au mois d’octobre au musée Tomi Ungerer de Strasbourg (sous réserve de changement de lieu) par un jury international de directeurs artistiques, d’anciens dessinateurs, et de spécialistes du genre. Les trois premiers lauréats recevront chacun un dessin original de Sempé d’une valeur de 10 000 euros.

Pour être sélectionnés les dessins devront avoir été impérativement publiés (journal, album auto-édité), ou diffusés sur Internet. Les fichiers doivent être envoyés au format Jpeg. Parmi les critères imposés aux participants/tes on peut noter l’obligation d’absence de graphisme original, la mise en œuvre d’une idée incompréhensible, et une mise en page totalement illisible. Les légendes explicatives devront être humoristiques mais ne pas dépasser les 47 mots, et les caricatures sont exonérées de toute ressemblance. Les dessins mis en couleurs avec Photoshop sont acceptés.

Cette compétition est ouverte à tous. La collecte des dessins se fera avec l’aide des diverses associations représentatives et les salons, festivals, dédiés à ce moyen d’expression.

Une initiative à saluer à l’heure où les ” fantassins de la démocratie” doivent faire front dans les médias pour préserver leurs conditions de travail et leur liberté.

La 6ème Biennale du dessin de Presse / Charlie Hebdo

2 mars 2020 à 10 h 59

Programme de la 6e Biennale du dessin de presse/Charlie Hebdo à la BnF :
– le jeudi 26 mars 14h30-16h30 : projection des documentaires autour de Charlie Hebdo (entrée libre)
– le jeudi 26 mars 19h30-23h30 la remise du 7e Trophée presse Citron BnF et du 1er prix Charlie et le 28 mars (sur invitation)
– le samedi 28 mars 9h30-18h : Charlie Hebdo et forum des dédicaces (sur réservation)
Le lien pour en savoir plus :

https://www.bnf.fr/…/6e-biennale-du-dessin-de-presse-charli…

Dessin de Willem

Lors de cette édition de la Biennale dédiée à Charlie Hebdo seront diffusés les films “Monsieur Honoré” par Baptiste Drapeau, et “Charlie 712, histoire d’une couverture” de Philippe Picard et Jérôme Lambert. Mais il ne semble pas que “Cavanna Jusqu’à l’ultime seconde, j’écrirai”, de Nina et Denis Robert soit programmé. Rappelons toutefois que Cavanna est avec Georget Bernier/Pr Choron le fondateur de Charlie Hebdo.

Dessin de l’affiche Honoré.

Claire Bretécher, 1940-2020

11 février 2020 à 15 h 36

Article publié en novembre 2015 à l’occasion de l’exposition Claire Bretécher à la BPI du Centre Pompidou à Paris. Vidéo ci-dessous Télérama.

 

Pour ceux qui s’intéressent vraiment au dessin de presse

8 décembre 2019 à 12 h 25

Enfin un livre sur l’envers du décor du métier de dessinateur de presse. Loin des « fantassins  de la démocratie » et des dessinateurs auto-proclamés qui hantent depuis le 7 janvier 2015 les manifestations supposées valoriser ce moyen d’expression, Fabienne Desseux a rassemblé des témoignages de professionnels qui tous exercent leur passion sur divers supports et de façons différentes, une pluralité qui donne tout son intérêt à ce livre. Atout supplémentaire les textes sont accompagnés d’une bonne sélection de dessins.

Précision : même si le site Iconovox héberge depuis 2006 mon blog Fait d’Images, je suis totalement indépendant du remarquable travail que mène James Tanay notamment avec les éditions Iconovox.

Le livre est disponible sur le site des éditions Iconovox

Suivez Fait d’Images sur Facebook

20 novembre 2019 à 21 h 45

Fait d’Images continue sur Facebook et sur Twitter (de temps en temps).

Non, ni Cabu, ni Val n’ont créé La Grosse Bertha

30 octobre 2019 à 12 h 08

Contrairement aux très bonnes relations que j’avais avec Charb, j’en ai eu très peu avec Riss, et cela ne risque pas de changer. Dans son dernier livre* il utilise les méthodes de son mentor Philippe Val pour réécrire l’histoire en laissant croire que Cabu serait à l’origine de La Grosse Bertha (p 169, « une opportunité »).

Avec tout le respect que je continue, malgré tout, à avoir pour le talent de dessinateur de Cabu, je tiens à préciser – une fois de plus – qu’il n’est pour rien dans la conception et la réalisation de cet hebdomadaire. Son apport initial a été de m’avoir présenté l’éditeur Jean-Cyrille Godefroy et d’y avoir dessiné dès les débuts. Ce projet éditorial je le portais depuis plusieurs années avec le soutien des dessinateurs qui m’ont suivi et fait confiance dans cette aventure.

Sans les dernières 54 heures de bouclage passées quasiment seul, à mettre en page, choisir les dessins, les textes, les corriger, il n’y aurait jamais eu de n°1 dans les kiosques le mercredi 17 janvier 1991. Après les 6 mois de préparation et trois mois bien chargés de rédaction-en-chef, j’ai quitté le journal en conflit ouvert avec Cabu, soutenu par Val qui manœuvrait déjà pour prendre la tête de la rédaction.

La Grosse Bertha vendait près de 18 000 exemplaires et payait tous ses collaborateurs. L’hebdo a survécu ensuite jusqu’à ce que Cabu et Val trahissent l’éditeur pour partir refonder Charlie Hebdo.

Voilà ce que je tenais à préciser à nouveau. françois forcadell

P.S : En 2020, Charlie Hebdo va fêter ses 50 ans (sic) en s’octroyant la période 1969 à 1981. Autant dire que ni le Charlie 10F Hebdo de Philippe Val, ni celui d’aujourd’hui, ne sont dans l’esprit du titre fondé par Cavanna et Choron, et que ce détournement d’héritage semble là aussi très abusif.

* Riss, Une minute quarante-neuf secondes. Actes Sud – Les Echappés.